0 3 minutes 4 mois

Après celle décrétée lundi dernier, les travailleurs de la Cbao ont encore remis une nouvelle grève de 48 heures ce jeudi. Ils exigent la satisfaction de plusieurs de leurs revendications.

Entre autres revendications, le personnel de Cbao réclame le relèvement du taux de prime qui doit passer de 5 à 8 mois, l’ouverture du capital, l’augmentation généralisée des salaires, la généralisation des paiements de bonus à tout le personnel et la subvention repas.

« Nous réclamons le relèvement du taux de prime de résultat de l’exercice 2023 de 5 à 7% avec un minimum de 1 million net. Pour 2024, qu’ils le relèvent à 8%. L’augmentation des salaires, pour ceux qui reçoivent moins de 500.000 Fcfa, de 200.000 Fcfa net. Pour ceux qui ont de 501.000 à 750.000Fcfa, une augmentation nette de 150.000 Fcfa, les salaires de 750.000 à 1.000.000 Fcfa, une augmentation de 100.000 Fcfa et pour les salaires supérieurs à 1.000.000 Fcfa, nous exigeons une augmentation de 50.000Fcfa. Ce point sur les salaires est non négociable… », a déclaré Pape Doudou Tounkara, Secrétaire général du collège des délégués du personnel de Cbao à l’issue d’une assemblée générale.

« Cela fait plus d’un an que nous avons déposé une plateforme revendicative. Jusqu’à présent, aucun des points de cette plateforme n’a fait l’objet de satisfaction de la part de la Direction générale qui, en réalité, ne cherche que de jouer le dilatoire avec nous. Je pense que le Directeur général a marqué ses limites au niveau de Cbao. Parce qu’il est inadmissible qu’une banque comme Cbao, qui est la première banque au niveau du Sénégal, soit largement derrière concernant les acquis sociaux », se désole Pape Doudou Tounkara

Laisser un commentaire